Visite aux anciens combattants et à leurs veuves dans les Préfectures de Faranah, Kissidougou, Kankan et Mamou.

Du 03 au 11 juin 2012, une mission de l’ambassade de France a été conduite en province au profit des anciens combattants et veuves d’anciens combattants guinéens.

Le capitaine Laurent LAUWERS et le premier maître Sébastien FORTAT, accompagnés d’une infirmière des forces armées guinéennes, le lieutenant-colonel Angeline KOUROUMA, sont allés à la rencontre des anciens combattants dans les préfectures de Faranah, Kissidougou, Kankan et Mamou.

Dans toutes ces Préfectures, les autorités civiles et militaires leur ont réservé le meilleur accueil.

La mission avec les anciens combattants - JPEG

Cette mission de plus d’une semaine avait pour but d’aller à la rencontre des anciens combattants et des veuves d’anciens combattants les plus démunis et de leur apporter une modeste aide financière. Ainsi, 233 d’entre eux ont reçu une enveloppe de près de 300 000 GNF qui leur permettra d’améliorer quelque peu leur quotidien.

Outre cette aide financière, la mission avait pour objectif d’apporter un soutien médical : les anciens combattants des préfectures, sous-préfectures et villages traversées ont bénéficié des services de l’infirmière guinéenne qui a pu leur apporter un soutien thérapeutique par le biais de distribution de médicaments, d’appareillage (béquilles par exemple) et de fauteuils roulants pour les personnes à mobilité réduite.

Angéline Kourouma prend la tension - JPEG

Ce séjour a aussi mis en évidence des conditions de vie difficiles pour ces personnes souvent âgées qui subissent le manque d’eau courante, l’absence d’électricité, qui résident dans des localités où les routes sont souvent dégradées.

Mais ces visites ont donné lieu à des moments de très intenses émotions. Accueillis très chaleureusement par la population guinéenne, le capitaine LAUWERS, le premier maître FORTAT et le lieutenant-colonel Angéline Kourouma ont pu partager avec les anciens combattants et veuves d’anciens combattants des moments inoubliables tout au long de leur parcours.
Certaines scènes ont déclenché des larmes de joie aussi bien du côté guinéen que du côté français.

Certains anciens combattants n’avaient pas revu de militaires français depuis leur renvois dans leur foyer, soit en 1958 !

Force est de constater que la mémoire de ces anciens est encore très vive, pleine de souvenirs à partager et qu’il serait bon de recueillir : leur histoire est celle de la Guinée, et elle mérite d’être écrite.

L’album photo rapporté par Sébastien Fortat et Laurent Lauwers témoigne de la qualité de l’accueil que ces anciens "Tirailleurs" et leurs familles ont réservé aux militaires français et guinéens d’aujourd’hui.

Dernière modification : 04/05/2015

Haut de page