Sûreté aéroportuaire - Action de la France

L’Ambassadeur de France a procédé, vendredi 14 juin, aux côtés du Ministre de la Sécurité et de la protection civile, Madifing Diané, et du Général Baldé, à la clôture d’un séminaire de 15 jours, financé par la France et consacré à la sûreté de l’aéroport international de Conakry-Gbessia.

Général Baldé, Ministre Diané, Ambassadeur, Nabil Chikh - JPEG

Outre les Directeurs des différents services impliqués dans la sûreté de l’aéroport, tous les stagiaires ont été associés à la cérémonie de clôture au cours de laquelle des attestations de stage ont été remises.

Cette action de formation se situe dans le cadre du projet d’Appui à la Sûreté de l’aviation civile en Afrique (ASACA) mis en place par la France.

Pourquoi ASACA ?

L’amélioration du niveau de sûreté des aéroports constitue aujourd’hui un objectif prioritaire face à la montée en puissance des phénomènes terroristes sur le continent africain et des actes illicites concernant le transport aérien. Du fait de l’interdépendance des pays, la coopération entre les Etats est devenue primordiale pour prévenir et réprimer efficacement ces actes terroristes. Pour accompagner ces actions, de nombreuses organisations internationales en charge du transport aérien sur le continent sont en soutien des autorités locales. La conduite et la coordination de ce projet sont assurées par la Direction de la coopération de sécurité et de défense (DCSD) du ministère français des Affaires étrangères.

Le projet « Appui à la Sûreté de l’aviation civile en Afrique » (ASACA) vise à contribuer au renforcement du niveau de sûreté des aéroports africains et à la prévention des actes terroristes contre le transport aérien, en améliorant la formation du personnel des plateformes aéroportuaires. Il prévoit ainsi de créer dans chaque pays signataire un vivier d’instructeurs locaux aptes à maintenir sur place un niveau adapté de compétence du personnel en charge de cette problématique.

Ce programme a aussi pour objectif d’aider les États à se doter des textes exigés par les conventions internationales en matière de sécurité aéroportuaire et à développer une culture de supervision de la qualité de la sûreté en application des mesures prescrites par l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale.

La plupart des actions de formations sont organisées dans les pays bénéficiaires, certaines ayant un cadre régional. Elles mobilisent des experts internationaux, y compris africains. Depuis le début du programme, près de 1 200 personnes impliquées dans le domaine de la sûreté aéroportuaire des pays africains partenaires ont déjà été formées.

La mise en œuvre du projet est coordonnée au plan régional par la cellule régionale d’assistance à la sûreté de l’aviation civile (CRASAC), basée à Dakar et composée de policiers français.

L’action est mise en route par la DNAC (Direction Nationale de l’Aviation Civile) par la fourniture des moyens de mise en place des formations en sûreté.

ASACA à Conakry

A Conakry du 31 mai au 14 juin 2013 deux formations importantes dans le domaine de la sureté aérienne réalisées par un expert de l’OACI (Organisation Internationale de l’Aviation Civile) se sont déroulées.

Vue des participants - JPEG

1. Neuf jours de formation (« 1.2.3 base sureté ») ont été dispensés à l’attention de 28 stagiaires issus de différents corps des services de sécurités et administratifs des transports aériens (Police PAF-GTA-Douanes-Coordination –Sogeac et Dnac).

2. Cinq jours de formation dans le domaine de la sureté du Fret ont également été proposés à 25 stagiaires issus des mêmes services.

Bertrand Cochery remet une attestation de stage - JPEG

L’ambassade félicite l’ensemble des personnels qui ont participé à cette formation.

Voir l’album photo de la cérémonie : http://www.flickr.com/photos/627032...

Dernière modification : 03/11/2014

Haut de page