Sierra Leone : escale de l’aviso Commandant L’Herminier à Freetown

L’aviso Commandant L’Herminier effectuera une escale de courtoisie en République de Sierra Leone dans le port de Freetown du 7 au 10 janvier 2014, puis continuera sa traversée dans le Golfe de Guinée pour accoster au port de Conakry le 12 janvier 2014.

Une réception sera organisée à bord à Freetown le 7 janvier, en présence de l’Ambassadeur de France, Bertrand Cochery, des autorités civiles et militaires de la République de Sierra Leone et de l’Attaché de défense, le colonel Renaud Devouge.

Le Commandant L’Herminier est un aviso A69 du type d’Estienne d’Orves spécialisé dans la lutte anti-sous-marine côtière. Il est basé à Brest. Il a été admis au service actif en 1986, après avoir été le premier bâtiment équipé de moteurs diesel à bas taux de compression.

En 2009, son lance-roquettes a été remplacé par un système de transmissions par satellites Inmarsat et un affût Simbad. Possédant toutes ses capacités de détection sous-marine et de surface, il assure essentiellement des missions de soutien de la Force océanique stratégique (FOST) et de patrouille sur la façade atlantique. Il peut être déployé dans le cadre de missions de souveraineté.

JPEG

Il porte le nom du Capitaine de Vaisseau Jean L’Herminier, commandant du sous-marin Casabianca.

Jean L’Herminier est issu d’une famille de marins. Après des études au Collège Stanislas de Paris, il entre à l’École navale en 1921. Le 27 novembre 1942, il commande le sous-marin Casabianca lorsque les troupes allemandes font irruption dans le port de Toulon après l’occupation de la zone dite "libre". Jean L’Herminier choisit d’appareiller, sort de la rade et rejoint Alger, où son bâtiment est affecté aux Services spéciaux de la Défense nationale. Il a pour mission de coordonner les premiers réseaux de la Résistance corse en vue d’un débarquement de troupes françaises.
Il assure notamment le ravitaillement en armes des maquis avec
le commandant Paulin Colonna d’Istria, chargé de la coordination militaire de la Résistance. Le 13 septembre 1943, Jean L’Herminier débarque les premiers soldats français, 109 hommes du Bataillon de Choc, à Ajaccio, première ville libérée de France métropolitaine. La libération de la Corse s’achève le 4 octobre 1943 par la libération de Bastia. Jean L’Herminier, qui a refusé de quitter son commandement avant la libération de la Corse malgré la très grave maladie dont il est atteint, doit alors être amputé des deux jambes.

Capitaine de vaisseau en décembre 1945, il représente ensuite la Marine au Comité d’administration de l’Office national des anciens combattants. Jean L’Herminier a écrit deux livres de souvenirs : Casabianca et Entre ciel et mer. Il meurt à Paris le 7 juin 1953, à l’âge de 51 ans. Une rue porte son nom à Bastia.

Dernière modification : 03/11/2014

Haut de page