Rencontres d’Affaires Guinée 2019

Discours d’ouverture de l’Ambassadeur de France des RAG 2019.
(Hôtel Noom, 1er avril 2019)

Excellence, M. le Ministre de l’Economie et des Finances,
Mmes et MM les membres du gouvernement,
Mmes et MM les chefs de missions diplomatiques et consulaires et représentants des organisations internationales,
M. le Pdt des CCEF-G, M. le Pdt du CIFEG,
Mmes et MM les acteurs du secteur privé, investisseurs, bailleurs, développeurs,
Chers partenaires, chers invités,

Je suis très heureux de participer à l’ouverture de la 2ème édition des Rencontres d’Affaires dans ce très bel établissement hôtelier et remercie l’initiateur et l’organisateur de cet évènement, M. Aly Thérian.
Ce Forum, dédié à l’attractivité de la Guinée, vise avant tout à développer les échanges entre entreprises guinéennes et étrangères, notamment françaises, qui souhaitent saisir les opportunités économiques et commerciales de la Guinée (B2B). L’objectif, pour les investisseurs étrangers, est ainsi de mieux connaitre les secteurs d’opportunités, le cadre juridique et la réglementation, les acteurs institutionnels et partenaires privés locaux.
Le succès de cette 2ème édition se mesurera surtout à l’aune de la satisfaction des participants, des contacts, des échanges que ces derniers auront pu nouer dans la perspective de projets concrets à mener en Guinée. L’ambassade de France soutient ce Forum depuis l’origine dans le cadre de sa priorité de « diplomatie économique » qu’elle souhaite renforcer notamment vis-à-vis des opérateurs français et en particulier des PME/PMI. Cela passe par 3 leviers : les évènementiels (ex du Forum d’aujourd’hui…), le Club des Investisseurs Fçs en Guinée (CIFEG) et les Conseillers du Commerce Ext de la France. La création du CIFEG en juin 2018 relève en effet d’un constat et d’une volonté : le constat : en 2018, plus de 160 entreprises françaises ont été recensées sur le territoire guinéen ;
la volonté, celle de l’ambassade, est d’encourager les entreprises françaises établies en Guinée, tous formats confondus, à se structurer, se renforcer, à échanger entre elles et avec les autorités locales et les représentants du secteur privé guinéen. Je remercie Loic Peringuey, chargé de mission éco à l’ambassade pour les efforts déployés en ce sens. Je remercie également très sincèrement JM Natrella, Pdt du CIFEG, pour son dynamisme et les initiatives lancées depuis la création de ce club. A ce stade, le CIFEG rassemble une cinquantaine de PME/PMI/ETI et filiales de grands groupes et à vocation, à terme, à devenir, la plateforme d’échanges privilégiée des entreprises françaises en Guinée, qu’elles soient en prospection ou déjà établies. Cette structure pourrait également devenir le moment venu, le creuset d’une entité européenne.
C’est en tout cas un objectif qu’il conviendra d’examiner avec nos partenaires de l’UE et des Etats membres.
Enfin, les filiales de grands groupes Fçs sont également présentes en Guinée. Le réseau est nourri par l’action efficace des Conseillers du commerce extérieur de la France (CCEF) dont je salue chaleureusement son Pdt, JC Tranchepain, DG de Bolloré Guinée. Les CCEF Guinée sont composés d’une quinzaine de chefs d’entreprises qui représentent leur secteur d’activité et échangent régulièrement sur le climat des affaires du pays et l’évolution de la situation économique.
D’une manière générale, les opérateurs Fçs développent des activités à haute valeur ajoutée dans plusieurs domaines.
A titre d’exemple, on peut citer le contrôle et l’expertise (Bureau Veritas, Tractebel), le BTP (SOGEA-SATOM, Colas, Matière, Leduc), l’activité bancaire (Société Générale ; BNP Paribas), les activités aéroportuaires (Bolloré), la téléphonie (Orange), le transport (CMA-CGM, AF), l’industrie pharmaceutique (Laborex), les hydrocarbures (Total), l’agro-industrie (Castel, Nutriset)…Les projets de plusieurs sociétés françaises incluent aussi une part significative d’activités liées à leur responsabilité sociale et environnementale, ainsi que des activités de formation professionnelle de la main d’œuvre locale.
Outre les réseaux d’affaires qui se densifient progressivement, la Guinée bénéficie d’engagements financiers de la part des bailleurs de fonds français, notamment l’AFD.
Depuis deux/trois ans, l’AFD est devenue un des principaux opérateurs du développement en Guinée. De 10-15M€ d’engagements par an auparavant, l’AFD est passée à +100M€ hoy, tous supports confondus, avec pour conséquence la diversification des secteurs d’intervention : FP, Enseigt, Insertion prof, Energie-Eau, Santé, Décentralisation, Agriculture, Développemt rural, Gouvernance fin, Infrastructures, Déchets-assainissement... Cela représente 477M€ sur la période 2016-2020 selon les annonces faites dans le cadre du Programme National de Développement Economique et Social (PNDES) présenté à Paris en novembre 2017.
Pour l’année 2019, l’engagement total de l’AFD devrait s’élever à 130 M€ ((je dois d’ailleurs me rendre dans qqs min au MEF pour la signature avec le Ministre de l’EcoFi d’une convention de prêt concessionnel de 50M€ en faveur de l’amélioration de l’accès à l’électricité)).
Comme vous le voyez, la France conserve une place clé dans l’économie guinéenne et sur les enjeux de développement ((cf. l’édition de « Doing business » consacré à la Guinée)).
Un dernier mot sur l’attractivité de la Guinée.
Celle-ci s’est globalement améliorée depuis 5 ans. L’étude de Quantum Global, qui évalue l’attractivité des pays africains pour les investissements internationaux, a comparé ses chiffres 2016 à ceux de 2013, 2014 et 2015.
De cette étude, il ressort que parmi les 24 pays dont l’attractivité a progressé, la Guinée se place au 8ème rang.
Le secteur minier – et celui de la bauxite en particulier – constitue le principal levier de croissance du pays (13 % du PIB et 80 % des recettes d’exportation en 2016, selon le FMI). Cette dynamique s’explique notamment par l’instauration d’un cadre institutionnel favorisant les investissements, en assurant une certaine stabilité juridique et monétaire aux partenaires d’affaires de la Guinée. L’APIP (Agence de Promotion des Investissements Privés), le code minier, le tribunal de commerce (inauguré qqj), ainsi que la stabilité du taux de change et de l’inflation sont autant de facteurs contribuant à l’amélioration du climat des affaires en Guinée, même si de nombreux efforts restent à accomplir pour améliorer significativement la situation.
Pour relever ces défis, plusieurs projets de réformes ont été lancés qui doivent être menés à leur terme et amplifiés afin que la croissance enregistrée depuis plusieurs années soit plus inclusive et créatrice d’emplois. Cela concerne divers domaines, notamment : la fiscalité et les douanes, le NIFp, le projet de mobilisation des ressources internes (MAMRI) qui vise à élargir l’assiette fiscale, sécuriser et améliorer significativement les recettes du Trésor Public pour donner ainsi une latitude d’investissement plus grande à l’Etat guinéen.
Ces projets concernent également les secteurs de l’Energie -hydraulique et solaire-, l’agro-business, les infrastructures routières et de transports, la gouvernance financière, la décentralisation (ANAFIC), la santé, le renforcement des capacités des agents de la Fonction Publique (qui doivent être mieux sélectionnés, mieux formés, mieux payés) et, last but not least, -l’éducation-, la formation professionnelle et l’enseignement supérieur.
En effet, si la Guinée dispose de fabuleuses ressources naturelles, minières, agricoles, forestières, solaires, hydrauliques, halieutiques, elle n’atteindra l’émergence que si elle sait investir efficacement dans les ressources humaines, l’éducation, l’employabilité et l’insertion, donnant ainsi de réelles perspectives de formation et d’emploi à la jeunesse du pays.
Les défis sont clairement identifiés et de la manière dont ils pourront être relevés par les autorités guinéennes, accompagnées par les PTF, dépendra l’accès du pays à l’émergence et à une croissance durable et inclusive.
Je vous remercie et souhaite à tous les participants des RAG2019, de nombreux et fructueux échanges./.

Dernière modification : 02/04/2019

Haut de page