Opération de destruction de stocks de munitions à Kindia

La France et l’Union européenne ont décidé d’appuyer une nouvelle campagne de destruction de munitions issues d’anciens stocks de l’armée guinéenne, conservées sur le site de champ de tir de la 1ère Région militaire de Kindia.

L’opération a été lancée le mercredi 3 février 2016 par le Premier Conseiller de l’Ambassade de France et le Délégué de l’Union européenne, en présence du Ministre d’État chargé de la Sécurité et la Protection civile, à l’occasion de l’arrivée à l’aéroport de Conakry (16H30 TU) d’un appareil de la direction générale de la Sécurité civile française transportant huit démineurs français et six tonnes de matériel.

JPEG - 134.9 ko
Le capitaine Didier Génin, du ministère français de l’Intérieur (Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises), Laurent Favier, Premier Conseiller de l’Ambassade de France, le sous-lieutenant Kébé, commandant la Section de déminage des Armées (Forces armées guinéennes), attendent sur le tarmac
JPEG - 129.3 ko
Arrivée de l’appareil de la Sécurité civile française à l’aéroport de Conakry

Conduite par la Sécurité civile française avec l’appui des Forces armées guinéennes et des Unités de protection civile guinéennes, cette opération a pour but de détruire d’anciens stocks de munition qui représentent un risque pour les habitants de Kindia. Elle est cofinancée par l’Union européenne à hauteur de 575 000 euros (près de 5 milliards de Francs Guinéens) et par la France pour 113.000 euros (près de 1 milliard de Francs Guinéens).

JPEG - 111.2 ko
Le commandant Sifointe, du ministère français de l’Intérieur (Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises) remet l’insigne de la Sécurité civile au Ministre d’Etat
JPEG - 113.3 ko
.. ainsi qu’au Délégué de l’Union européenne
JPEG - 124.7 ko
Allocution de M. le Premier Conseiller de l’Ambassade de France, Laurent Favier, qui délivre ses encouragements aux personnels français et guinéens, civils et militaires, engagés dans une mission importante pour la sécurité des habitants de la région de Kindia

En 2014, suite à l’explosion d’un obus qui avait tué deux enfants, 300 tonnes de munitions de guerre avaient déjà été détruites par la Sécurité civile française, grâce à un financement de l’Union européenne et de la France.

La France et l’Union européenne appuient résolument les autorités civiles et militaires de Kindia pour la diffusion de consignes de sécurité qui garantiront l’exécution de cette mission dans les meilleures conditions de sécurité pour les habitants de la ville.

JPEG - 135.1 ko
Photo de groupe devant l’appareil de la Sécurité civile
JPEG - 138.2 ko
Les caisses d’explosifs, nécessaires à la destruction des munitions, sont déchargées de l’appareil

Dernière modification : 15/03/2016

Haut de page