Mission de coopération de défense (MCD)

La Mission de coopération de défense de Conakry, forte de 11 coopérants militaires issus des trois armées sous les ordres de l’attaché de défense, appuie la réforme des secteurs de la sécurité (RSS).

La coopération de défense fait effort dans quatre domaines.
-  la formation individuelle des cadres,
-  la réorganisation des armées ;
-  le soutien de l’architecture de paix et sécurité en Afrique ;
-  la sécurité maritime ;
-  la restauration du lien armée-nation.

JPEG - 106.3 ko
L’attaché de défense avec les membres de la coopération militaire et les militaires de la coopération de sécurité

Formation individuelle et collective :
L’appui de la France se concrétise par la mise en formation de stagiaires guinéens dans les différentes écoles en France (écoles de formation d’officiers et écoles de formation techniques des trois armées, commissariat, service de santé) et en Afrique dans 14 écoles nationales à vocation régionale (ENVR) soutenues par la France. En complément, et de façon à former de plus grande quantités de stagiaires, des missions de formation sont organisés en Guinée. Le soutien aux formations est de plus d’un demi-million d’euros chaque année.
En prolongement des formations individuelles, l’entrainement collectif d’unités opérationnelles (compagnies d’infanterie, équipages de la marine…) est organisé par les éléments français du Sénégal (EFS) ainsi que par la mission Corymbe (marine) à la demande du poste de défense de Conakry.

Ainsi, en 2017 le plan de coopération réalisé dans le domaine de la formation affiche des résultats conséquents :
- 23 stagiaires suivent une scolarité en France (dont 14 déjà en cours de leur scolarité depuis 2016),
- 78 formations en ENVR financées par la France,
- 1595 formations en Guinée assurées par des instructeurs venus de France
et près de 800 militaires seront entraînés à leur mission opérationnelle par les EFS ou les navires de guerre en Escale.

Les formations répondent aux besoins de sept projets bilatéraux conduits chacun par un officier.

Intégration des projets de coopération structurelle avec la formation et l’entraînement :
La mission s’implique dans neuf projets structurants qui sont définis par autant de conventions contractuelles franco-guinéennes. Les chefs de projets aident chacun dans leur domaine la réforme en en cours de l’outil de défense guinéen ainsi de l’action de l’Etat en mer.
Les stages de spécialité et de cursus en France, en ENVR ou organisés sur place sont prioritairement accordés en cohérence et en prolongement des projets, de façon à les structurer durablement.
En outre, la coopération opérationnelle assurée par les éléments français du Sénégal (EFS) ou les navires en mission dans le Golfe de Guinée (mission Corymbe) permet de mettre en application les savoir-faire nécessaires aux projets et de maintenir les capacités acquises. Elle se matérialise par des exercices d’entrainement bilatéraux ou multilatéraux ou des détachements d’instruction opérationnels et techniques que séjournent périodiquement en Guinée, notamment pour l’entrainement du bataillon de la MINUSMA..

Projet « appui au commandement et à l’organisation des armées guinéennes »
Le projet appui à l’organisation des forces de défense (AOFD) conseille le ministère de la défense dans le pilotage de la RSS, dans l’organisation de l’outil de défense guinéen et participe activement à la préparation et la montée en puissance des opérations de maintien de la paix. Ainsi, il est particulièrement concerné par le suivi du bataillon guinéen de l’ONU qui participe à la MINUSMA (Mali).

Projet « appui au commandement et à l’organisation des armées »

Le chef de projet est un des conseillers du CEMGA en matière d’organisation et de ressources humaines : il s’agit aussi bien de « décrire » ce que sera l’armée future de la Guinée (description en détail de la composition des unités) que de contribuer à l’organisation de la gestion, de la notation etc…
De par sa position d’inséré à l’EMGA, le chef de projet participe à la mise en œuvre de la coopération opérationnelle et des mises en formation. Il participe à la formation et à la préparation des stagiaires guinéens pour les différents concours (diplôme d’état-major, école de guerre…).

Projet « appui à la formation dans les armées guinéennes »

Le chef de projet rmation des armées guinéennes conseille et participe à la formation et à la préparation des stagiaires guinéens pour les différents concours qui sont proposés (diplôme d’état-major, formation des cadres en guinée).

Projet « appui à l’organisation et au commandement de la marine » et à l’action de l’Etat en mer, montée en puissance de la préfecture maritime ;

Appui à l’armée de mer guinéenne pour la formation et la mise en œuvre des forces de la marine guinéenne, mise à dispositions de formateurs techniques, organisation d’exercices navals conjoints avec la marine française.
En 2017, les armées françaises et guinéennes ont réalisé ensemble une chaine sémaphorique alimentée par énergie solaire pour une valeur partagée de plus de 1M€

Projet « appui à l’action de l’État en mer et à la préfecture maritime ;
Appui à la montée en puissance de la préfecture maritime (opérationnelle depuis 2016) afin de donner un véritable outil d’action de l’État en mer à la Guinée.

Projet « organisation de l’aviation légère d’observation et formation des pilotes » ;
Le projet appui à l’aviation légère d’observation (AALO) est chargé de former des pilotes et des mécaniciens pour l’exploitation et la maintenance de l’escadrille ALO. Le chef de projet et également le conseillé du chef d’état-major de l’armée de l’air pour la montée en puissance et l’organisation de l’armée de l’air guinéenne.

Projet « appui au service civique d’action pour le développement » ;
Le projet d’appui au service civique d’action pour le développement (ASAD) a pour mission de mettre en place et de conseiller le chef de ce service afin de donner à la Guinée un outil de formation professionnelle calqué sur le service militaire adapté (SMA) français. Ce projet a permis la création de filières d’apprentissage et l’insertion dans le monde professionnel de centaines de jeunes guinéens.

Projet « appui aux forces d’intervention »
Récemment ouvert, ce projet vise à doter les armées de forces spécialisées antiterroristes.

Projet « enseignement du français en milieux militaire

Le projet enseignement du français en milieux militaire permet aux militaires guinéens et sierra-léonais l’apprentissage et le perfectionnement de la langue française. Ces cours et examens permettent à des militaires de ces deux pays de pouvoir suivre des stages, des formations et de participer à des concours dans les écoles françaises ou ENVR.

Dernière modification : 29/01/2018

Haut de page