Mission d’aide aux Anciens Combattants de la Haute-Guinée

La mission de défense près l’Ambassade de France, en collaboration avec le Service de santé des Forces armées guinéennes et grâce au soutien de l’Office national des Anciens Combattants et victimes de guerre (ONACVG) du ministère de la défense français, a effectué du 17 au 26 novembre 2015, une mission de solidarité envers les Anciens Combattants et leurs conjoints survivants, se traduisant par une aide financière et une aide médicale.

Le dispensaire des Anciens Combattants de Conakry, soutenu par la mission de défense sur fonds du ministère de la défense français et dirigé par une infirmière du Service de santé des Forces armées guinéennes, le lieutenant-colonel Angeline Kourouma, assiste tout au long de l’année plus de cinq cents Anciens Combattants et veuves de la région de Conakry.

Cependant, compte tenu des distances et de l’impraticabilité de certaines routes, il est très difficile aux Anciens Combattants de l’intérieur du pays de se rendre à Conakry. C’est pourquoi le major Joaquim De Lemos, assistant de l’attaché de défense près l’Ambassade de France et le lieutenant-colonel Angeline Kourouma, sont allés à leur rencontre et ont parcouru pendant plus de dix jours, près de deux mille kilomètres en Haute-Guinée à travers les préfectures de Siguiri, Kankan, Mandiana, Kérouané et Kouroussa.

Ce sont ainsi plus de deux cents Anciens Combattants et veuves parmi les plus démunis, les plus isolés et les plus fragiles qui ont pu être secourus dans les villages les plus enclavés de Guinée, à plus de mille kilomètres de la capitale, Conakry.

Monsieur Tamba Bakayoko, né en 1932, matricule 55982, à Mandiana
JPEG

Madame Kadiatou Diallo, née en 1940, veuve de Mamadou Barry, à Siguiri
JPEG

Outre un soutien médical durant lequel les anciens combattants des préfectures, sous-préfectures et villages traversés ont pu bénéficier des services de l’infirmière et d’une distribution de médicaments et d’appareillage (cannes par exemple), la mission avait également pour objectif de distribuer une aide financière de 250 000 GNF par Ancien Combattant ou conjoint survivant.

Monsieur Mandé Condé, né en 1927, matricule 22730, dans son village près de Siguiri
JPEG

Cette mission a été accueillie très chaleureusement par l’ensemble des populations de toutes les préfectures visitées. Certains bénéficiaires n’avaient pas rencontré de militaires français depuis leur démobilisation de l’armée française et leur retour en Guinée à la proclamation de l’Indépendance de la République de Guinée, en 1958.

Monsieur N’Famory Touré, né en 1926, matricule 19310, à Kankan
JPEG

Le major de Lemos et le lieutenant-colonel Kourouma aux côtés des Anciens Combattants de Kérouané
JPEG

Par devoir de mémoire et de reconnaissance, l’Ambassade de France entend poursuivre cette dynamique de soutien en faveur des Anciens Combattants nécessiteux. Les préfectures situées en Moyenne Guinée et en Guinée forestière ont déjà bénéficié de missions similaires. La prochaine mission d’aide aux Anciens Combattants et aux conjoints survivants, sera organisée à la fin du premier semestre 2016.

Les pensions guinéennes des anciens Tirailleurs sont alignées sur les pensions militaires françaises. La France verse tous les ans plus de cinq millions d’euros au profit de près de quatre mille pensionnés militaires guinéens.

Retrouvez un article sur l’aide médicale apportée aux Anciens Combattants atteints de maladies des yeux

Voir l’album d’une précédente mission d’aide aux Anciens Combattants en Moyenne Guinée

Dernière modification : 11/12/2015

Haut de page