Le rôle du Procureur dans la lutte contre le trafic de drogue

Le programme français de coopération sous-régional ALCAO (lutte contre le trafic de cocaïne en Afrique de l’Ouest) est dirigé depuis Conakry par un expert technique français placé auprès de l’Office Central Anti-Drogue (OCAD). Il est chargé de coordonner les actions de coopération entre les Etats membres du FSP ALCAO : Mauritanie, Sénégal, Guinée, Guinée-Bissau, Côte d’Ivoire, Ghana, Togo et Bénin.

Un an après le lancement du programme régional de lutte contre le trafic de drogue en Afrique de l’Ouest (Fonds de solidarité prioritaire ALCAO), un séminaire de formation s’est tenu à Conakry du 21 au 25 octobre.

Rassemblant experts français et cadres guinéens de la magistrature, des douanes, de la police et de la gendarmerie, ce séminaire a été animé pour la partie française par Anne-Laure Brutin, substitut du Procureur de Bobigny (chef-adjoint de la division chargée de lutter contre le crime organisé et le trafic de stupéfiants), assistée par les experts techniques français auprès de l’OCAD et du ministère de la Justice.

Le séminaire a traité en priorité la question de "la place et le rôle du procureur dans l’enquête", afin de contribuer au renforcement de la chaîne pénale.

Clôture de la formation par Mme la Substitute du Procureur de Bobigny, Anne-Laure Brutin - JPEG

Doté d’un budget de 1,6 million d’euros, par le ministère des affaires étrangères français, le Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) ALCAO apporte ainsi un soutien à sept pays à savoir le Bénin, la Côte d’Ivoire, la Guinée, la Guinée Bissau, la Mauritanie, le Sénégal et le Togo pour des actions dans les domaines de la justice, des douanes et de la sécurité intérieure.

Une cérémonie de remise de diplômes a été organisée à l’issue de la formation. Lors de son discours, le procureur de la République près le tribunal de première instance de Mafanco, Moundjour Chérif, a insisté sur la nécessité du strict respect de la procédure. Il a souligné que " de la collaboration entre officiers de police judiciaires et procureurs de la république dépend la réussite de la lutte contre la prolifération de la drogue sur notre territoire."

L’Ambassadeur de France, Bertrand Cochery, a insisté sur l’urgence d’une coordination plus étroite entre les différents services impliqués, sous l’autorité de la Justice, pour lutter efficacement contre le fléau de la drogue, qui déstabilise les Etats, les sociétés, et menace la sécurité en Afrique de l’Ouest.

Photo de groupe à l'issue de la formation - JPEG

Dernière modification : 03/11/2014

Haut de page