La France accorde à la Guinée un don de 75 milliards de GNF

La coopération française a pour priorité d’améliorer l’accès de la jeunesse guinéenne à l’éducation en soutenant et en participant aux efforts du gouvernement dans le cadre du Programme Education pour Tous.
Ainsi, avec l’appui des partenaires au développement, le système éducatif a pu, en 15 ans, multiplier par plus de 2 la proportion d’enfants scolarisés dans le primaire (34% en 1990 à 78% en 2006). Malgré ces résultats très encourageants, il reste beaucoup d’efforts à fournir pour réduire les disparités entre genres (filles et garçons) et entre zones (urbaines et rurales) et améliorer les performances qualitatives du système éducatif.
En 2007, le ministre de l’Education Nationale et de la Recherche Scientifique a présenté une nouvelle lettre de politique sectorielle pour l’éducation (LPSE). L’Etat s’engage à accroître la proportion des recettes nationales allouée au secteur de l’éducation à 25% à l’horizon 2015, contre moins de 15% actuellement.
Les principaux objectifs de la LPSE sont d’atteindre en 2015 une scolarisation primaire complète et de qualité pour tous les enfants, d’améliorer la qualité de l’offre éducative au secondaire, de développer une offre de formation professionnelle rénovée mieux adaptée aux besoins de l’économie et d’améliorer la qualité des enseignements supérieurs. En mettant l’accent sur la qualité des formations et le développement de la formation professionnelle, le nouveau programme sectoriel doit mieux répondre aux attentes de la jeunesse et lui offrir les meilleures chances de saisir les opportunités du développement attendu du secteur économique moderne, notamment minier, générateur de croissance économique et demandeur de main d’œuvre éduquée et formée.
Le secteur de l’éducation devient ainsi le premier secteur national à se doter d’un programme sectoriel et d’un cadre des dépenses à moyen terme. C’est un secteur pilote pour la nouvelle Stratégie de croissance et de réduction de la pauvreté.
Dès 2008, les partenaires au développement ont décidé d’apporter un très important soutien financier au programme (110 millions d’euros sur trois ans) et de renforcer la coordination de leurs aides.
La France est consciente que la croissance économique durable et équitable de la Guinée passe par l’amélioration de l’éducation et de la formation des jeunes de ce pays. C’est pourquoi elle a décidé d’accorder à la Guinée un nouveau don de près de 75 milliards de GNF (12 millions d’euros) pour contribuer à la réussite de ce programme.
Depuis 2001, les dons cumulés de la France à la Guinée dans le domaine éducatif s’élèvent à près de 130 milliards de GNF.
Avec cette importante subvention, la France est l’un des tous premiers contributeurs à la politique éducative de la Guinée.

Dernière modification : 18/02/2008

Haut de page