Don de sept millions d’euros pour les hôpitaux guinéens

La France appuie la Guinée dans la mise en œuvre de son plan de relance post-Ebola : sept millions d’euros en faveur d’un programme d’appui aux laboratoires des hôpitaux préfectoraux et régionaux

Une convention de don et de partenariat d’un montant de sept (7) millions d’euros (70 milliards de francs guinéens) a été conclue le 1er juin entre la France et la Guinée, en
présence de l’Ambassadeur de France en Guinée et en Sierra Léone, Bertrand Cochery, de la Ministre de l’Économie et des finances, Malado Kaba, et de la Directrice de l’Agence française de développement à Conakry, Patricia Aubras.

JPEG - 119.7 ko
(de g. à dr.) Patricia Aubras, directrice de l’Agence française de développement, Bertrand Cochery, ambassadeur de France en Guinée, Malado Kaba, ministre de l’Economie et des finances

Ce don a pour but d’améliorer les capacités des hôpitaux régionaux et préfectoraux, en particulier dans le domaine des laboratoires d’analyse médicale.

Le secteur de la biologie médicale, à travers le diagnostic qu’il permet, joue un rôle capital dans la capacité d’un pays à détecter les maladies notamment celles à potentiel épidémique. Dans le cas de la Guinée, les laboratoires d’analyse médicale constituent un maillon essentiel du dispositif global d’alerte et de riposte mis en place après la crise épidémique qu’a traversée la Guinée pendant deux ans.

La finalité de ce programme de 7 millions d’euros est l’amélioration de la santé de la population guinéenne, en particulier des femmes et des enfants, à travers le renforcement des capacités de diagnostic du système de santé guinéen au niveau des hôpitaux préfectoraux et régionaux.

En synergie avec les projets des partenaires techniques et financiers de la Guinée, ce programme se propose d’accompagner la mise en œuvre de la politique nationale de biologie médicale. Il s’articule autour des trois composantes suivantes :

  • amélioration du cadre institutionnel par notamment l’adoption d’une nouvelle politique nationale de biologie médicale ;
  • amélioration des conditions d’exercice de la biologie médicale ;
  • professionnalisation de la gestion des laboratoires et amélioration des pratiques des agents concernés par la biologie médicale.

Dernière modification : 01/06/2016

Haut de page