Déclarations du Président de la République et du Ministre des Affaires étrangères

Lutte contre l’épidémie : Communiqués du Président de la République et du Ministre des Affaires étrangères et du développement international

Extrait du communiqué de la Présidence de la République du 22 octobre.

Le Président de la République a réuni le 22 octobre 2014 un conseil restreint de défense

...
Face à l’épidémie Ebola qui a pris une ampleur inédite en Afrique de l’Ouest, la France figure parmi les pays les plus engagés dans la réponse. Avec les moyens qu’elle a déployés, elle est en première ligne en Guinée et le Président de la République a décidé lors de ce Conseil de renforcer encore le soutien à ce pays au travers d’un plan d’action ambitieux. Mobilisant des financements pour un montant de plus de 100 millions d’euros, il prévoit :

  • la formation par des personnels de la Sécurité civile, dont 120 seront déployés au total, et le Service de santé des armées, en France et en Guinée, des personnels soignants engagés contre Ebola, dans des centres dédiés ;
  • la mise en place de deux nouveaux centres de traitement, en plus de celui qui a été déployé courant novembre en Guinée forestière ;
  • l’ouverture en Guinée d’une structure hospitalière dédiée au personnel soignant local contaminé par le virus, animée par le Service de santé des armées ;
  • la participation au mécanisme européen d’évacuation des personnels humanitaires internationaux contaminés, dont le principe a été décidé lundi au conseil des affaires étrangères de l’Union. C’est un élément clé pour encourager les soignants à se rendre dans les pays touchés.

Le Chef de l’État a demandé que tous les moyens soient mobilisés contre l’épidémie tout en permettant la poursuite des échanges qui soutiennent les économies fragiles des pays affectés.

...

Laurent Fabius a reçu au Quai d’Orsay David Nabarro, coordinateur des Nations unies pour la lutte contre l’épidémie d’Ebola, le 21 octobre 2014. Retrouvez la déclaration faite par le Ministre des Affaires étrangères et du développement international à l’issue de cette rencontre.

Mesdames et Messieurs,

Nous venons de recevoir, avec Mme Girardin, le Docteur David Nabarro qui est l’envoyé spécial du Secrétaire général des Nations unies, M. Ban Ki-moon, pour la réponse à l’épidémie Ebola.

Nous nous sommes entretenus avec lui de la situation dans les trois pays d’Afrique de l’Ouest qui sont particulièrement touchés par cette épidémie de fièvre. Nous sommes convaincus que la communauté internationale doit intensifier encore son effort pour enrayer la progression de l’épidémie.

En ce qui concerne la France, comme vous le savez, nous sommes particulièrement actifs en Guinée, pays ami, pays très proche de la France où la situation est préoccupante. Le nombre de cas signalés connaît une accélération et il existe très certainement des cas non répertoriés dans les régions les plus isolées.

Face à cette dégradation de la situation sanitaire, les capacités des équipes, en particulier de Médecins sans frontières, arrivent presque à saturation. Je veux vraiment saluer une nouvelle fois le travail tout à fait extraordinaire que ces équipes réalisent.

Dans ce contexte, nous avons parlé avec le Docteur Nabarro de ce que nous faisions, de ce que faisait la communauté internationale et de ce qui pouvait être fait encore davantage. Pour ce qui nous concerne, nous avons décidé de renforcer encore notre action en Guinée.

Nous avons donc prévu de former, à la fois en France et en Guinée, les personnels soignants engagés contre Ebola dans des centres de formation qui seront dédiés à cette tâche. Évidemment, ce qui est tout à fait essentiel, ce sont les centres de traitement sur place et d’ores et déjà, nous participons à la création de trois centres de traitement d’Ebola dont un en Guinée forestière, c’est Mme Girardin qui s’est rendue sur place. Ce centre devrait être opérationnel à la mi-novembre.

De plus, il s’agit d’ouvrir sur place une structure hospitalière dédiée aux personnels soignants qui pourraient être contaminés par le virus.

Par ailleurs, nous avons tenu hier une réunion de l’ensemble des ministres des Affaires étrangères de l’Europe et nous avons décidé un mécanisme européen d’évacuation, si c’était nécessaire, des personnels humanitaires internationaux. Ce sera une proposition qui sera faite à ces personnels.

Par ailleurs, s’agissant de la France, il a été décidé qu’une coordination très précise soit opérée. Elle est confiée au professeur Delfraissy qui est là et qui aura l’occasion, dans les jours qui viennent de s’adresser à vous. Étant lui-même spécialiste de ces maladies, c’est lui qui va coordonner tout notre travail.

Enfin, vous connaissez les mesures qui ont été prises à la fois en Guinée - puisqu’il s’agit de la Guinée - pour contrôler très précisément les passagers qui prennent l’avion. Ces contrôles sont en particulier effectués par l’OMS et par des personnels qui sont souvent des personnels américains très compétents et un nouveau contrôle est opéré à l’arrivée à Roissy.

Pour résumer : le Docteur Nabarro est chargé par les Nations unies de coordonner au plan mondial l’action très puissante qui est engagée pour contrer le virus Ebola. À l’intérieur de cette action générale, la France en particulier porte un effort très puissant sur la Guinée. Nous sommes persuadés qu’avec les efforts des uns et des autres, nous parviendrons, mais cela prendra du temps et il faut avoir l’honnêteté de le dire, à enrayer cette épidémie très grave.

Je veux vraiment remercier le Docteur Nabarro de sa visite, je veux lui dire bien évidemment que la France est à sa disposition et ajouter que, s’agissant de la Guinée, la France n’agira pas toute seule ; il y a d’autres pays, soit en Europe, soit hors du continent européen avec lesquels nous entendons travailler pour venir à bout de cette épidémie.

Déclaration de Laurent Fabius du 21 octobre 2014

Dernière modification : 28/10/2014

Haut de page