Déclaration au nom de l’Union Européenne sur la situation politique en Guinée (31 Décembre 2008)

Le 31 décembre 2008.

« L’Union Européenne souhaite aider la Guinée à se reconstruire. Elle porte donc beaucoup d’attention au processus de transition en cours, mais elle rappelle sa condamnation de principe de toute prise de pouvoir par la force, qui est en totale contradiction avec l’idée même de démocratie.

Elle renouvelle son appel à engager dans les plus brefs délais et dans un esprit de consensus une transition pacifique, ordonnée et démocratique de manière à rétablir, au plus vite, le fonctionnement normal des institutions. Ce rétablissement passe par l’organisation d’ici la fin du premier semestre 2009, d’élections présidentielle et législatives.

La période de transition implique que le CNDD remette le pouvoir aux civils en constituant un gouvernement civil dirigé par un Premier Ministre civil, chef du gouvernement qui détiendrait donc les prérogatives du pouvoir exécutif.

L’Union européenne estime que le CNDD devra se dissoudre à l’issue des élections. En attendant, la composition du CNDD devra être ouverte largement à la société civile, aux partis politiques et aux représentants des confessions religieuses, afin qu’il soit plus représentatif de la société guinéenne et qu’il devienne un organe consultatif.

Afin de renforcer la légitimité et la transparence des scrutins à venir, les membres du CNDD et du gouvernement ne devront pas se présenter à l’élection présidentielle.

Enfin, pour garantir la tenue des délais, le CNDD doit maintenir en place les équipes qui, au sein du ministère en charge des élections et de la commission électorale indépendante (CENI), ont déjà entamé le travail préparatoire à l’organisation des élections législatives.

Sur ces bases, l’Union Européenne est déterminée à apporter tout son appui à l’organisation de ces élections.

L’Union Européenne appuiera les démarches de la CEDEAO et de l’UA ».

Dernière modification : 04/03/2009

Haut de page