De la mémoire des Errants

De la mémoire des Errants

Vendredi 30 et samedi 31 octobre à 19h30

JPEG
Deux types voyagent à travers le monde. Ils pensent trouver un certain élu, pour donner un sens à leur vie, et à la vie du peuple dont ils répondent. Mais ils n’y arrivent pas, parce qu’ils sont incapables de décrypter une clé trouvée au bord du chemin. Après des mésaventures, ayant tout perdu, ils décident de rédiger leurs mémoires, pour témoigner au futur. Soudain, ils décryptent enfin la clé ! Mais ils tombent sur deux élus. Un enfant qui voyageait dans le même transport et qui est parti, et un autre élu qui semble n’être rien d’autre qu’eux-mêmes. Ce texte parle de la capacité de l’homme à renouveler la vie et de la mise en œuvre de toutes ses possibilités pour cette transformation.

NOTE DE MISE EN SCENE

J’ai découvert “De la Mémoire des errants” grâce à “L’univers des Mots”, résidence d’écriture dramaturgique dirigée par Mamadou Bilia Bah. Celui-ci m’avait sollicitée pour participer à la lecture des pièces proposées par les auteurs en résidence, sous la direction artistique de Véronique Vellard. Et c’est lors de ces lectures que j’ai eu un coup de cœur pour le texte de Sufo Sufo, de même que les membres du jury qui lui ont attribué le premier prix. Ce fut un énorme plaisir pour moi lorsque le Directeur du Centre Culturel Franco Guinéen, Monsieur Daniel Couriol, m’a confié la création de cette pièce. “De la Mémoire des errants” est un texte d’une extrême liberté avec des ouvertures incroyables sur le vécu des gens d’ici et d’ailleurs.

Ce texte, pour moi, est comme un tour du monde. Le monde vu comme une perpétuelle renaissance faite de transmission, de dépassement et remplacement, voire de recyclage des choses et des idées anciennes et actuelles. La vie se déroule au gré des rencontres humaines, quelques fois inopportunes voire improbables.

Il s’agit d’une première mondiale. Ma mise en scène de “De la mémoire des errants” se veut symboliste, sobre. Sur scène deux ou trois hommes. La scénographie est faite d’un labyrinthe faisant office de soucoupe terrestre comme moyen de déplacement aux personnages errants. Le mouvement scénique est essentiel avec des acteurs-chanteurs-danseurs afin d’effectuer une exploration maximale des possibilités du corps de l’artiste interprète. Une musique électrique live soutient comme un cordon ombilical les séquences de l’histoire et maintient l’unité de la création. Ce spectacle, je l’ai voulu universel et intemporel.
Rouguiatou CAMARA

Distribution

Comédiens : Ousmane Koleya BANGOURA, Amadou CAMARA

Sons - lumières : Jacob BAMOGO

Scénographie : Thierno Sy SAVANE

Mise en scène : Rouguiatou CAMARA

Texte : Sufo Sufo

40 000 GNF en prévente / 50 000 GNF plein tarif

Retrouvez le site internet du Centre culturel franco-guinéen

Dernière modification : 03/11/2015

Haut de page