Coopération France-Guinée : signature de trois accords

Trois importants accords dans le domaine de la coopération ont été signés ce vendredi 3 juillet, au ministère de l’Économie et des Finances, à Kaloum.
M. l’Ambassadeur de France en Guinée et en Sierra Léone, Bertrand Cochery, était présent ainsi que M. le Ministre d’Etat chargé de l’économie et des Finances, Mohamed Diaré, M. le Ministre de la Formation professionnelle, de l’emploi et du travail, Albert Damantang Camara et M. le Ministre de l’Energie et de l’hydraulique, Cheick Taliby Sylla.

discours de M. l’Ambassadeur de France

JPEG

Les deux premiers accords sont des protocoles d’accords transactionnels conclus entre l’Agence française de développement (AFD), d’une part, et la SEG (Société des eaux de Guinée) et EDF (Electricité de Guinée), d’autre part.
Ces deux accords fixent que la dette accumulée par la SEG et EDG, d’un montant de 49,2 millions d’Euros, est annulée pour moitié et rééchelonnée pour le restant.

signature des accords par M. le Ministre d’État chargé de l’Économie et des Finances
JPEG

Un programme d’un montant de 15 millions d’euros a ensuite été signé au titre du C2D (contrat désendettement-développement). Le programme PAVISAM
(Appui à la Formation Professionnelle dans les secteurs de l’Industrie-Mines-Agriculture) a été décidé par la France et la Guinée pour renforcer les compétences dans deux secteurs stratégiques pour le développement de la Guinée, l’Agriculture et les Mines.

En Guinée, 9 personnes sur 10 sur le marché de l’emploi n’ont aucune formation et
seulement 7% de la population active a un diplôme de l’enseignement technique.
L’enjeu est double : fournir des compétences à ces secteurs et offrir de l’emploi
qualifié aux jeunes.

Les principales faiblesses du dispositif de formation professionnelle sont : des infrastructures vétustes et insuffisantes ; des équipements obsolètes ; un sous-financement chronique du secteur, des personnels vieillissants connaissant mal les besoins actuels de l’industrie et de l’agriculture.

échange des accords entre les parties française et guinéenne
JPEG

Les objectifs du projet d’appui au dispositif de formation professionnelle d’une durée
estimée à 5 ans sont :
⇒ Accompagner le Ministère de la formation professionnelle dans le pilotage, la
mise en œuvre, le suivi et l’évaluation
de sa politique et de sa stratégie opérationnelle ;
⇒ Augmenter et améliorer l’offre de formation technique et professionnelle des secteurs industriels et agricoles ;
⇒ Développer l’employabilité des diplômés de l’enseignement technique et de
la formation professionnelle

Les grands axes d’intervention sont :
Renforcement des capacités des cadres de l’administration et des formateurs
des institutions de formation ;
Appui à la réhabilitation et à l’équipement de certains centres de formation ;
⇒ Revue des programmes de formation ;
⇒ Articulation avec les action de promotion de l’emploi et de l’auto-emploi.

Pour affronter les dysfonctionnements structurels, une réforme est nécessaire. Les axes principaux de la stratégie du ministère de l’enseignement technique sont :
Réforme de la gouvernance des institutions de formation à travers leur
autonomisation et la participation des employeurs allant jusqu’à des partenariats publics-privés ;
Réforme du financement du secteur ;
⇒ Rajeunissement / recrutement de professeurs de l’enseignement technique.

Dernière modification : 03/07/2015

Haut de page