Choléra - Message à la communauté française - 30 juillet 2012

Conakry, le 30 juillet 2012

Le premier conseiller

Le médecin du poste

Fiche SANTE - Choléra

L’épidémie de choléra qui s’est déclarée en février 2012 à Forecariah a pris de l’ampleur, mais de manière géographiquement inégale.

Au total, en Guinée, 1127 cas de choléra ont été enregistrés entre le 2 février et le 29 juillet, avec 45 décès.

Les actions entreprises sur les premiers foyers (Forecariah, Boffa) par les autorités guinéennes avec l’appui efficace des organisations humanitaires ont permis de placer ces foyers sous contrôle. A Boffa, depuis le 7 mai, aucun cas n’a plus été enregistré. On dénombre également quelques cas dans les préfectures de Boké, Mamou et Dubreka (île d’Aranbanti).

A Conakry, en revanche, la situation s’est dégradée : depuis le 3 mars, la capitale a enregistré 583 cas de choléra et 4 décès ; depuis le début du mois de juillet, l’épidémie s’est renforcée. Actuellement, une cinquantaine de personnes se présente chaque jour dans les centres de traitement mis en place avec MSF à Koloma et à Donka.

L’ambassade de France insiste donc sur l’importance à suivre les recommandations adressées à la communauté française en février dernier, lorsque l’épidémie s’était déclarée, et dont vous pourrez à nouveau prendre connaissance ici.

Les mauvaises conditions d’hygiènes sont la première cause de l’émergence du choléra. La contamination est principalement interhumaine car l’homme est le principal réservoir du germe responsable (vibrion cholérique). Dès lors que les recommandations qui suivent sont respectées, le risque de contracter la maladie est très faible.

Les précautions d’usage sont les suivantes :

1. Eviter de se baigner, surtout dans les zones où existent des cas de choléra et dans les zones très peuplées avoisinantes à l’exception des piscines où l’eau est chlorée.

2. Ne pas boire l’eau du robinet. L’eau du robinet ne peut être bue que si elle a été bouillie (20 minutes) ou traitée chimiquement au chlore ou à l’iode ; cette remarque vaut également pour les glaçons.

3. S’abstenir de consommer des aliments ou des boissons vendues dans la rue notamment poissons et fruits de mer.

4. Se laver soigneusement les mains au savon, en particulier avant de préparer la nourriture et de la consommer ou après chaque passage aux toilettes.

5. Bien cuire les aliments et les manger pendant qu’ils sont chauds.

Pour votre information, le vaccin anticholérique ne fournit qu’une protection brève et incomplète. Il ne protège en aucun cas contre le choléra.

Sophie Aubert / Patrick Perrin

Dernière modification : 14/09/2012

Haut de page