CTE-Macenta : déplacement sur le terrain de l’Ambassadeur de France

Le plan d’ensemble de l’action de la France dans la lutte contre l’épidémie d’Ebola comprend la création de trois centres de traitement pour les personnes malades, d’un centre de traitement pour les personnels de santé en Guinée, de deux centres de formation pour les soignants (un en France, un en Guinée), d’un laboratoire de l’Institut Pasteur au Centre de Traitement Ebola de Macenta (CTE-Macenta). Dans l’immédiat, la phase opérationnelle prioritaire du plan d’action est la construction du CTE-Macenta, dans la zone du foyer de l’épidémie, du Centre de Traitement pour les personnels soignants (Conakry) et du Centre de formation de Manéah (banlieue de Conakry).

Le 20 octobre, l’Ambassadeur de France en Guinée et en Sierra Léone, M. Bertrand COCHERY, se rend sur place pour constater l’évolution des travaux sur le site du CTE-Macenta. Il est accompagné par le Médecin général (2S) MIGLIANI.

Depuis la mission de préfiguration du mois de septembre, des spécialistes ont procédé à des évaluations sur les aspects logistiques et sécuritaires. L’approvisionnement, notamment en eau, en carburant pour faire fonctionner les groupes électrogènes, en fournitures médicales, pose de véritables défis dans cette région enclavée, soumise à de fortes contraintes climatiques et desservie par un réseau routier dégradé. Le ravitaillement par voie aérienne, à partir d’un aérodrome voisin, fait l’objet de missions d’évaluation spécifiques avec l’appui de l’Armée de l’Air.

Vue d’ensemble du futur site du CTE-Macenta
JPEG

Sur place, l’Ambassadeur prend contact avec les autorités locales - Gouverneur, Préfet, Maire -, et rencontre les acteurs de terrain de la lutte contre l’épidémie, Médecins Sans Frontières, la Croix Rouge française, le Programme Alimentaire Mondial, le Center for Disease Control/Atlanta. Il s’entretient également avec les représentants de la société civile.

Entretiens avec la société civile
JPEG

L’Ambassadeur se rend au Centre de Transit aménagé par Médecins Sans Frontières depuis le début de l’épidémie. Il s’entretient avec les membres de l’ONG sur leurs conditions d’exercice difficiles et leur témoigne sa reconnaissance pour leur engagement exemplaire. Le Centre de transit reçoit des malades des préfectures voisines de Kérouané, Beyla, Yomou et Nzérékoré. Malgré le dévouement et le professionnalisme de MSF, les malades sont en trop grand nombre par rapport à la capacité de prise en charge d’un Centre de Transit. Le CTE-Macenta, d’une capacité de 50 lits et opéré par la Croix Rouge française, doit être en mesure de prendre le relais le plus rapidement possible.

Devant le Centre de Transit, un membre de MSF prend en charge un nourrisson dont les parents sont soit hospitalisés, soit décédés.
JPEG

Sur le chantier du futur CTE-Macenta, les travaux avancent de jour comme de nuit, selon le calendrier prévu.

L’Ambassadeur fait un point de situation sur l’avancée du chantier avec des représentants de MSF et de la Croix Rouge française
JPEG

Vue de l’intérieur d’un des blocs du CTE-Macenta
JPEG

Les habitants de Macenta, très durement éprouvés par l’épidémie, ont réservé un accueil chaleureux à l’Ambassadeur. Ils ont été sensibles au message de solidarité qu’il leur a adressé, ainsi qu’à l’engagement de la France, premier partenaire de la Guinée, de mettre en œuvre les mesures nécessaires pour venir à bout de la crise actuelle.

Dernière modification : 10/11/2014

Haut de page