ASCAD : cérémonie de signature d’un protocole pour le lancement d’une nouvelle filière.

JPEG

La vocation de l’ASCAD : Insertion et civisme.
L’ASCAD a vocation de recruter, former et insérer des jeunes en situation de difficulté. Elle forme plus de 300 stagiaires par an à Conakry et va ouvrir un nouveau centre de formation à Kindia au mois de mai avec l’objectif d’en préparer une centaine par an dans le domaine de l’agriculture.

Etablissement public à vocation citoyenne et civique, l’Agence souhaite également participer à l’effort global de l’évolution des comportements des conducteurs sur les réseaux routiers en général, et au profit des entreprises de transport logistique en particulier.

C’est dans ce cadre que l’ASCAD s’est rapproché de deux entreprises françaises qui sont incontournables dans ce domaine : Renault-Trucks Guinée et Total. Séduite par le projet, elles ont immédiatement répondu « présent » en proposant le prêt de deux camions auto-école pour la première et le don du carburant nécessaire à la formation des conducteurs pour la seconde.

Un cursus de formation de 9 mois
Le cursus de formation proposé est de 9 mois.
Il se compose de 2 modules : la Formation Civique et Citoyenne et la Formation Professionnelle.

-  La FCC est la marque de fabrique de l’ASCAD. C’est durant cette période que les jeunes apprennent les bases du civisme et reçoivent une éducation comportementale qui sera suivie tout le long de leur parcours.
-  La FP spécifique à la conduite se décompose en 3 étapes : pour chaque formation à la conduite, chaque stagiaire parcourra environ 1000 km et/ou une moyenne de 20 heures de conduite
o La formation au code de la route et au permis VL
o La formation à la conduite PL et l’apprentissage à la formation de conducteur chauffeur livreur
o La formation à la conduite SPL.

JPEG


Un protocole de partenariat public-privé sur 2 ans

Le protocole prévoit un partenariat public-privé d’une durée de 2 ans durant lesquels l’Agence s’engage à former près de 70 stagiaires.

En plus des deux entreprises privées, ce partenariat est conclu avec l’approbation du ministère des Transports. En effet, l’ASCAD devenant un centre de formation à la conduite, cela impliquait une reconnaissance du ministère et le recrutement de moniteurs agréés.
La collaboration entre l’ASCAD et le ministère a donc permis d’identifier une petite dizaine de moniteurs pour lesquels Renault-Trucks France a proposé de mettre à disposition un formateur spécialement dépêché de la maison mère, située à Lyon, durant une semaine du 9 au 13 avril, pour former ces derniers à la formation dite « métier » inhérente à celle de tout conducteur chauffeur livreur.
Le ministère a signé le 28 mars un arrêté désignant officiellement l’ASCAD comme centre de formation à la conduite et, disposant de fonds de l’Union Européenne, a financé l’achat de tout le matériel environnemental et pédagogique nécessaire à cette formation.

Enfin, l’ASCAD, dont les locaux sont au camp militaire Alpha Yaya de Conakry, a la particularité d’être un centre de formation qui fonctionne avec un encadrement civilo-militaire. C’est donc auprès de l’Armée que cette dernière a pu obtenir l’autorisation de pratiquer les formations à la conduite au sein même du camp et d’obtenir le prêt des remorques indispensables à l’apprentissage à la conduite des supers poids lourd.

La France accompagne le projet
La France depuis le début de l’ASCAD en 2011, a mis en place un expert conseiller auprès du directeur général de l’ASCAD dont le rôle est de conseiller et de soutenir l’ouverture de l’Agence auprès des bailleurs de fonds, comme cela a été le cas en 2017 avec la Banque Mondiale pour un programme de formation de 1000 jeunes dans le domaine des travaux publics, et avec le PNUD pour mobiliser des fonds dans le but d’ouvrir des centres dans les provinces de la Guinée.

L’ Ambassade de France, et plus précisément la direction de la coopération de Sécurité et de Défense (DCSD), a aussi assuré régulièrement la formation de l’ensemble des cadres de contact de l’ASCAD par des missions d’expertise. Ces stages annuels de trois semaines ont permis de qualifier plus d’une centaine de personnes, à la pédagogie d’un enseignement spécifique à un cadre civilo-militaire.

Plus récemment, il est question que l’ASCAD se jumèle avec le Service Militaire Volontaire (son alter ego en France) et une fois de plus, l’ambassade de France soutiendra et facilitera ce projet qui donnera une dimension internationale à l’Agence, sans compter le rapprochement avec des entreprises françaises telles que Renault-Trucks, Total, etc.

JPEG

La réussite de la cérémonie d’ouverture de cette filière
C’est dans un hôtel de Conakry, le 9 avril, que le protocole a été signé avec les 10 partenaires dont deux ministres d’Etat, un ministre, deux ambassadeurs, trois directeurs d’entreprises privée et deux généraux dont le chef d’état-major adjoint des armées et le directeur de l’ASCAD.

Tous ont soulignés le bien fondé de soutenir et d’encourager les actions de l’ASCAD dans ses projets car l’Agence a aujourd’hui, plus que jamais, un rôle à jouer prépondérable auprès de la jeunesse guinéenne.

Dernière modification : 11/04/2018

Haut de page